En novembre dernier, elle accueillait à Dakar une délégation panafricaine et internationale d’artistes, de responsables de labels, de fondateurs de festivals, réunis pour la Conférence « Acces » de Music in Africa, dont elle est -depuis un an- la « première femme Présidente ». Co-fondatrice du célèbre Agendakar, qui chronique l’actualité culturelle de la capitale sénégalaise, Aisha Dème est la « mademoiselle Culture » du pays, amie des artistes et muse secrète des poètes… Comment s’en étonner quand on la rencontre, intense et (toujours) élégante? Un rayon de soleil qui illumine la culture sénégalaise et plus largement africaine: c’est exactement ce que signifie Siriworo – le nom qu’elle a donné à sa toute nouvelle agence d’ingénierie culturelle. Un rayon de soleil capable de traverser le feuillage le plus épais… pour éclairer, célébrer et transmettre.

Aisha nous raconte les Noëls de son enfance et son diner de Réveillon idéal… avec de la musique et des vieux Sages.

QUEL EST TON PLUS JOLI SOUVENIR DE NOEL OU DE FETES DE FIN D’ANNEES?
Tous les Noëls de mon enfance. Mon père nous mettait tous en voiture et nous emmenait faire la fête comme les enfants aiment la faire : glaces, jeux, piscine à la Terassse de l’Hôtel indépendance de Dakar.. On allait ensuite acheter pleins de jouets et puis faire une photo au mythique Studio Safiedine, un des plus grands studio photo de Dakar, dans les années 70/ 80. Le soir, on allait allumer des pétards sur la place de l’Indépendance . On enchaînait cela pendant 2 ou 3 jours. Des petits moments tout simples mais qui font de si jolis souvenirs.

TON NOEL IDEAL EN AFRIQUE, CE SERAIT… ?
Dans le décor magique des îles du Saloum, mon endroit préféré au monde, avec la ou les personnes que j’aime (sourire). C’est majestueux, c’est romantique, c’est apaisant, loin des strass et des paillettes et la meilleure façon pour moi de terminer et commencer une année, entourée de personnes chères à mon coeur.

LA TENUE PARFAITE POUR LES FETES?
Celle où l’on se sent reine ! Celle dans laquelle on se sent bien. Comme mon choix dépends de mon humeur et de mon état d’esprit, cela varie d’une année sur l’autre : de la robe la plus simple à la tenue de gala. Pour le jour de l’an de cette année, je ne sais pas encore…

RICHARD BONA…
ENTRE SON HUMOUR ET SA MUSIQUE, SURTOUT S’IL VIENT AVEC SA GUITARE, IL Y A DE QUOI PASSER LA PLUS FORMIDABLE DES SOIREES.

LA PERSONNALITE AFRICAINE QUE TU AIMERAIS AVOIR A TA TABLE CE SOIR-LA?
La? (Rires) Mais il y en a tellement que j’aimerais convier à un dîner de fête! Je pense d’abord à Richard Bona, qui est un de mes musiciens et chanteurs préférés. Pour avoir déjà échangé avec lui, je peux vous dire qu’il est complètement hilarant. Entre son humour et sa musique, surtout s’il vient avec sa guitare, il y a de quoi passer la plus formidable des soirées! Mais comme pour moi un belle soirée ne peut se passer d’un conteur ou d’un sage, alors j’inviterais aussi volontiers le philosophe et écrivain Souleymane Bachir Diagne. C’est un bonheur de l’écouter . Il a cette humilité, cette élégance, cette ouverture d’esprit, cette générosité, une sagesse qui me touchent profondément . Discuter avec lui c’est toujours recevoir une leçon d’humanité. J’adorerais l’avoir à ma table, parler de philosophie, d’Islam, de musique, de poésie, de la vie, et écouter ses anecdotes. Si en plus Wole Soyinka nous rejoint… car c’est mon rêve de le rencontrer. Parler de mots, de livres, de culture, de l’Afrique et surtout de la vie… Quel merveilleux moment ce serait! 

UN LIVRE A OFFRIR
Cantique de l’Acacia de Kossi Efoui.

LA PIECE DE LAGO 54 QUE TU AIMERAIS PORTER OU OFFRIR?
La robe longue en tie and dye d’Imane Ayissi et les boucles d’oreille Fula de Rokus London .