Emmanuelle Courreges est journaliste indépendante. A cœur métissé parcours métisse : elle est à la fois grand reporter, spécialiste de questions de société et rédactrice beauté. Ses articles sont ou ont été publiés dans ELLE, l’Express Styles, Grazia, Marie-Claire, Vogue Paris, Vogue Italia, Numéro, Madame Figaro, le Point Afrique ou Paris-Match.

Pour Vogue Italia, elle chronique la Lagos Fashion Week (Nigéria). Elle a écrit de nombreux articles sur la mode africaine et les talents d’Afrique, parus dans le Vogue Italia, ELLE ou Grazia.

Emmanuelle Courreges est née en Afrique, où elle a passé presque vingt ans, entre le Cameroun, le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Grâce à sa famille (son père dirige plusieurs Centres Culturels Français), elle voyage dans plus de 20 pays d’Afrique (Niger, Mali, Kenya, Mauritanie, Ethiopie, Ghana, etc…). Elle grandit dans le sillage de très nombreux créateurs de mode, peintres, designers, écrivains, musiciens ou chorégraphes ouest-africains. Parmi eux, le plus emblématique créateur de mode ouest-africain des années 80, le malien Chris Seydou. Avec sa mère et Chris, ils parcourent les marchés, caressent ensemble les kente, les kitas, les bazins, les bogolans, les Faso dan fani ou les velours du Kassaï. Avant d’accueillir de nombreux artistes de renommée internationale, c’est aux artisanats du nord de la Côte d’Ivoire -et en particulier aux tisserands de Waraniéné – que son père consacre sa première exposition au CCF d’Abidjan – plaçant au même niveau les talents du monde et ceux des villages d’Afrique. Grâce à cette longue immersion dans les cultures traditionnelles et contemporaines africaines, Emmanuelle Courreges a acquis une connaissance intime des textiles africains de même qu’une connaissance de « terrain » des pratiques en cours dans les milieux de la mode africaine.

Arrivée à Paris, elle commence sa carrière comme reporter et chroniqueuse littéraire au groupe Jeune Afrique, en parallèle d’études doctorales en littérature africaine.

En 2015, elle collabore au livre du photographe Daniele Tamagni, Global Style Battles (ed. Autrement) – elle y signe le chapitre sur la mode au Sénégal.

En 2016, elle crée LAGO54, une plateforme qui a pour objet la célébration et la diffusion en France de la création contemporaine africaine, dans les domaines de la mode et du lifestyle.